« Le Seigneur ne tarde pas dans l’accomplissement de la promesse, comme quelques uns le croient ; mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance. »

Nous devons nous demander, en présence d’une phrase comme celle-là, quel est le contexte qui permet de définir ce que « aucun » et tous » représentent.

C’est en lisant le chapitre 3 que l’on connaîtra le contexte, tout en reconnaissant qu’en 2Pierre1 :1 Pierre s’adresse aux élus : « à ceux qui ont reçu en partage une foi du même prix que la nôtre, par la Justice de notre Dieu et du Sauveur Jésus Christ. »

En 2Pierre 3 :1 Pierre s’adresse aux élus également, « bien aimés ». En 2Pierre 3 :5 « Ils veulent ignorer » ne sont pas les élus, mais les moqueurs.

Le contexte de 2Pierre 3 est que Pierre s’adresse aux chrétiens, tout en dénonçant les moqueurs.

En 2Pierre 3 :9, « il use de patience envers vous » signifie donc envers les élus, les chrétiens, et non pas tous les hommes sur la planète, comme le prétendent les arminiens, changeant ainsi radicalement le contexte.

« Aucun » et « tous » représentent donc les chrétiens. Et nous devons nous en réjouir car Dieu rassemble les siens et donc nous ne devons pas nous impatienter ni nous en moquer.

En 2Pierre 3 :11 à nouveau Pierre s’adresse aux chrétiens, et non aux moqueurs, car « la sainteté de votre conduite et votre piété » concerne les élus, les chrétiens.

A nouveau en 2Pierre 3 :14, « bien-aimés », et en 2Pierre 3 :17, « bien-aimés ».

Ironiquement, Pierre indique en 2Pierre 3 :16 que « dans toutes les lettres, où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres écritures, pour leur propre ruine. »