Les arminiens, se basant notamment sur des versets comme Jean 1:12-13, prétendent que tout homme peut accepter Dieu en son coeur, en d’autres termes qu’il peut le choisir.

Voici ce que dit Jean dans le 1er chapitre de son évangile, versets 12 et 13 : « Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu. »
Je comprends leur interprétation mais d’une part si les verbes « croire » et « recevoir » étaient des verbes actifs ils feraient partie de la volonté de l’homme, or il nous est dit « ni de la volonté de l’homme ».
D’autre part le verbe recevoir est un verbe transitif qui a un sens passif, et non actif.
On reçoit un choc, on le subit.

On reçoit des ordres, on les subit.

On reçoit le coup de grâce, on le subit.
On reçoit la vie à la naissance, sans la choisir.
On reçoit du courrier, on le subit.

Si Dieu voulait nous faire comprendre qu’on peut le choisir, il utiliserait le terme « accepter » (verbe actif) et non « recevoir » (verbe passif) :

ACCEPTER, verbe trans.
Donner son consentement ou son assentiment à ce qui est offert, à ce qui arrive; agréer qqn.
I. [L’obj. est un n. ou un pron.]
A. [Le compl. désigne un inanimé concr. ou une pers.] Agréer qqn ou qqc. Accepter un cadeau. 

Or le verbe « accepter » est absent de la Bible pour signifier ce que les arminiens comprennent du verbe « recevoir ».

Pour prendre une métaphore, celle du vase chère à Paul, je dirais qu’un vase vide peut recevoir de l’eau, mais pas un vase plein.
L’homme est un vase plein du péché, et Dieu seul peut le vider de ses péchés pour lui soustraire Jésus.
L’homme ne peut pas se vider lui-même de ses péchés pour accueillir Christ, car il est esclave du péché et mort dans ses péchés et ses offenses, vendu au péché, ennemi de Dieu, impie, sous la colère de Dieu, etc.
Ces expressions ne laissent aucune place à une part de l’homme qui aurait été épargnée pendant la chute.
Paul précise que « la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu. » 1 Corinthiens 1:18
Ainsi nous ne pouvons pas accepter Dieu, mais uniquement le recevoir, malgré notre volonté. Tant mieux, car Dieu est souverain et l’homme ne l’est pas, et toute la gloire revient à Dieu et aucune à l’homme.
Tout pour Christ !