Pour lire la première partie, cliquez ici.

Pour la seconde partie, cliquez ici.

Ceci est la traduction en français par nos soins du texte du Dr Robert Morey.

Les Sabbatariens prétendent qu’observer le Sabbat fait partie de la loi morale de Dieu, et ainsi doit être observée par tous les hommes. Quelle est la différence entre une loi morale et une loi cérémoniale ? A laquelle le commandement du Sabbat ressemble-t-elle le plus ? Quelle différence cela représente-t-il ? Dr. Morey explique.

Partie II – Un Examen des arguments sabbatariens

L’argument de « la loi morale »

La position Sabbatarienne – Observer le sabbat fait partie de la loi morale de Dieu et doit donc être observée par tous les hommes.

Examen de cet argument

La comparaison ci-dessous illustre les différences entre les lois morales et les lois cérémoniales qui révèlent que le commandement du Sabbat est une loi cérémoniale. Si le Sabbath a les attributs d’une loi cérémoniale, est traité comme une loi cérémoniale, et est listée comme une loi cérémoniale, la seule conclusion rationnelle que l’on peut tirer est que c’est une loi cérémoniale.

Loi Morale
Elle reflète certains aspects du caractère moral de Dieu, donc une loi morale nous dit à quoi ressemble Dieu.

Loi Cérémoniale
Ce n’est pas un reflet du caractère de Dieu. C’est didactique dans le sens prophétique de la préfiguration du travail du Christ.

Le Sabbat
Ce n’est pas un reflet de certains aspect du caractère moral de Dieu. C’est une indication vers le passé lors du travail créatif de Dieu et vers l’avenir lors du travail rédempteur de Christ.

La Loi Morale
C’est un aspect de l’image de Dieu en l’homme, par exemple la partie du caractère morale de l’homme créé par Dieu. Une loi morale nous dit comment et de quelles façons nous pouvons porter la ressemblance morale de Dieu. C’est une partie de l’humanité en l’homme. C’est ce qui fait de l’homme un homme.

La Loi Cérémoniale
Ce n’est pas une partie de l’image de Dieu en l’homme. Ce n’est pas une partie de l’humanité en l’homme. C’est un outil utilisé par Dieu pour enseigner à l’homme la vérité spirituelle.

Le Sabbat
Ce n’est pas une partie de l’image de Dieu en l’homme. Ce n’est pas une partie de l’humanité en l’homme. C’est un outil  pour enseigner aux hommes la vérité spirituelle.

La Loi morale
La révélation générale depuis la création et la conscience révèle une loi morale. La révélation spéciale n’est pas nécessaire pour connaître une loi morale. Elle sera anthropologiquement universelle puisqu’elle est enracinée dans la nature et la conscience de l’homme.

La loi cérémoniale
La révélation générale de la création et de la conscience ne peut pas produire les lois cérémoniales. Elles doivent être connues par révélation spéciale. Il n’y a rien en Dieu, l’homme ou le monde qui indique une loi cérémoniale.

Le Sabbat
Neuf des dix Commandements sont anthropologiquement universels. Seul le quatrième commandement dépend d’une révélation spéciale. Il n’y a rien en Dieu, l’homme ou le monde qui indique une semaine de sept jours ou un jour de sabbat parmi les sept jours.

La loi morale
Il est éternellement vrai et elle ne disparaîtra jamais. Elle sera obéie pour l’éternité car l’homme sera toujours à l’image de Dieu.

La loi Cérémoniale
Elle est instituée pour une période spécifique puis elle est accomplie.

Le Sabbat
Il commença avec Moïse et fut accompli par Christ. En tant que jour de  repos, il n’est pas observé au Paradis maintenant et il ne sera jamais observé pour l’éternité.

La loi Morale
Elle ne change pas et immuable car le caractère de Dieu et l’image de Dieu en l’homme ne peut pas changer.

La loi cérémoniale
Les lois cérémoniales change d’âge en âge, selon la nomination de Dieu.

Le Sabbat
Christ, comme Seigneur du Sabbat, l’a accompli et l’a mis de côté. Les chrétiens Sabbatariens admettent qu’il a changé du septième jour au premier jour de la semaine. Il n’est ainsi ni inchangé ni immuable.

La loi Morale
Elle contraint universellement tous les hommes de toutes les époques.

La loi cérémoniale
Elle contraint tous ceux à qui elle est donnée. De façon peu habituelle, elle est dirigée seulement aux enfants de Dieu et non aux non-juifs.

Le Sabbat
Il contraignait uniquement Israël. Aucun non-juif a jamais été commandé ou condamné concernant le Sabbat. Ce n’était pas une loi universellement contraignante pour tous les hommes à toutes les époques. C’était un signe de l’alliance avec Israël.

La loi Morale
Une loi morale précède toujours une loi cérémoniale.

Loi cérémoniale
Elle est toujours soumise à la loi morale si une contradiction émerge (par exemple, David mangeant les pains de proposition, Matt. 12:1-6)

Le Sabbat
Le commandement du Sabbat était soumis aux lois morales (Matt. 12:9-12). Il était même soumis à d’autres lois cérémoniales (Jean 7:22-23).

Loi Morale
Puisque le caractère de Dieu est harmonieux, les lois morales ne se contredisent jamais entre elles en ce qu’il faudrait briser l’une pour obéir à l’autre.

Loi cérémoniale
Il y a parfois conflit entre lois morales et lois cérémoniales.

Le Sabbat
Il y a eu des cas où le quatrième commandement a été brisé pour conserver le sixième (Marc 2:23-28). Il ne peut, par conséquent, être une loi morale.

Loi Morale
Une loi morale est valide quelle que soit la situation car c’est un absolu moral. On ne peut jamais négocier avec d’un point de vue de l’éthique situationnelle. I Cor. 10:13 enseigne que nous n’avons jamais à pécher.

La loi cérémoniale
Que vous obéissiez ou pas à une loi cérémoniale dépend de la situation (Matt. 12:1-6)

Le Sabbat
Les prêtres ont “brisé” ou désacralisé le Sabbat. Mais à cause des circonstances et de la situation, ils furent déclarés innocents. (Matt. 12:5). Aucune loi morale ne contient d' »exceptions ». Si le Sabbat est une loi morale, quelle est la loi situationnelle ?

Loi Morale
Une violation constante de la loi morale est incompatible une profession de foi chrétienne, et la discipline de l’église doit s’en occuper, y compris jusqu’à l’excommunication si besoin.

La loi cérémoniale
La punition dépend de la situation et des circonstances qui entourent une violation de la loi cérémoniale.

Le Sabbat
Briser le Sabbath dépend de la situation. Il existe toutes sortes d’exceptions « Je devais » pour briser le quatrième commandement. Ils sont appelés « oeuvres de grâce, charité ou nécessité.” Aucune loi morale ne contient de telles exceptions.

Loi Morale
Une loi morale ne considère pas que l’homme est tombé dans le péché. La nature de Dieu et de l’homme à la création sont suffisantes pour être responsable devant la loi morale.

Loi Cérémoniale
Elle prend en compte la chute et préfigure la rédemption. Ainsi, elle est eschatologique par nature.

Sabbat
Le Sabbat était eschatologique en ce qu’il indiquait l’âge messianique du reste de la foi. (Heb. 5). Nous cessons d’essayer d’agir pour le salut et à la place nous nous reposons dans les oeuvres de Christ.

Une des raisons les plus évidentes pour rejeter le Sabbat en tant que loi morale vient du fait que peu de Sabbatariens modernes considèrent les “violations” du quatrième commandement comme un péché grave. Vous seriez excommunié pour briser régulièrement les neuf autres commandements. Mais de briser le quatrième commandement n’amène personne à être discipliné par son église aujourd’hui. En effet, nous connaissons des situations où le pasteur est un Sabbatarien stricte, mais les anciens de son église vont manger les Dimanche !

Si c’est une loi morale, pourquoi n’est-ce pas appliqué comme tel ? Puisque la punition pour briser le sabbat était la mort dans l’Ancien Testament, sur quelles bases peut-on prononcer moins que l’excommunication envers ceux qui « brisent » régulièrement le quatrième commandement aujourd’hui ?

Nous pourrions aussi ajouter que ce qui constitue une « violation » du respect du Sabbat est déterminé par une variété de manières et cela finit en « faites ceci », « ne faites pas cela » qui sont purement subjectifs et arbitraires. Ainsi ce qui constitue le fait de briser le Sabbat dans une église sera considéré comme inacceptable dans une autre.