Voici le mail que je viens d’envoyer à l’auteur de ce texte :

bonjour,
Le libre arbitre n’existe pas, il n’existe aucune preuve scientifique de son existence, et toutes les preuves scientifiques qu’il n’existe pas.
Je peux vous envoyer mon livre Le libre arbitre scientifiquement réfuté par mail si ça vous intéresse.
Le libéralisme n’est pas basé sur le libre arbitre (qui n’existe pas) mais sur la responsabilité, liée à la conscience.
John Locke était protestant, il ne croyait donc pas au libre arbitre, comme tous les calvinistes et luthériens dignes de ce nom (je suis moi-même calviniste et libéral).
C’est grâce au protestantisme que le libéralisme s’est développé dans le monde.
L’individu n’est pas libre, il est déterminé à faire des choix selon les milliards de facteurs qui le déterminent et dont il n’a le plus souvent pas conscience.
Croire l’homme libre ne le rend pas libre pour autant, mais crée un placébo empêchant d’analyser les faits et la réalité tels qu’ils sont.
Le libéralisme est une philosophie du droit, qui se base sur les faits, donc incompatible avec la croyance dans l’illusion du libre arbitre.
Les plus anti-libéraux croient au libre arbitre, des marxistes aux musulmans en passant par les catholiques.
Ceux qui ont fait du libéralisme une philosophie dominante aujourd’hui dans le monde, ayant sorti des milliards de gens de la pauvreté, des dictatures et des castes, sont les protestants qui ne croyaient pas au libre arbitre mais qui croyaient en un Dieu souverain qui maîtrise chaque molécule de l’univers.
Cordialement
Jean Robin